Placement dans une assurance vie

Comment s'organise les placement dans une assurance vie ? Quels sont les droits et les obligations d'un investissement en assurance vie ? Quel placement choisir ? Retrouvez toutes les infos !
Accueil » Assurance vie : comparatif des offres » Placement dans une assurance vie

Rappel sur les assurances vies et succession

L’assurance vie reste un des placements favoris des Français. Pourtant, son taux de rendement est en baisse depuis quelques années. Les investisseurs font quand même confiance en ce produit d’épargne, car il a de nombreux avantages. Avant de souscrire à un contrat d’assurance vie, vous devez connaître certaines modalités pour placer correctement votre capital. Ainsi, avec le placement dans une assurance vie, vous pourrez bénéficier d’une épargne favorable.

Définition de l’assurance vie

Le fonctionnement de l’assurance vie

L’assurance-vie vous permet de souscrire à un placement financier. Vous pouvez alors investir de l’argent afin de le transmettre à un bénéficiaire, d’anticiper la retraite ou tout simplement de développer son patrimoine. Ce produit d’épargne vous permet donc de gagner des intérêts sur son contrat selon le capital investi. Vous pouvez à tout moment faire des versements ou des retraits sur votre contrat.

 

Si vous décédez, le capital et les intérêts seront transmis à le (ou les) bénéficiaire(s) de son choix (enfants, conjoints, concubin, frères et sœurs, etc..) que vous aurez nommé lors de la signature du contrat.

 

Actuellement, l’assurance vie est appréciée comme un contrat pour placer son argent en profitant des avantages de sa fiscalité. Il convient, cependant, de faire la différence entre l’assurance décès et l’assurance vie. Dans un contrat d’assurance décès, l’assureur s’engage à verser un capital ou une rente définie aux bénéficiaires nommés par l’assuré. Il doit, néanmoins, respecter une certaine date. L’assurance décès est principalement utilisée pour aider la famille à rembourser un emprunt en cas de décès du souscripteur brutal.

Les contrats d’assurance vie, quant à eux, n’ont pas de durée légale. Vous pouvez aussi opter pour une durée viagère selon les contrats.

Investir dans une assurance vie

Vous pouvez investir dans un contrat d’assurance vie sous 3 formes :

  • Le versement initial est un versement lors de la souscription du contrat. Il peut être transmis par chèque, virement ou prélèvement automatique (selon les compagnies d’assurance vie) ;
  • Les versements complémentaires libres sont un versement qui s’effectue quand vous le souhaitez. Vous placez votre l’argent dans votre contrat d’assurance vie à tout moment, avec le montant que vous désirez.
  • Les versements complémentaires programmés sont un versement qui est établi par vous-même. Il peut être mensuel, trimestriel, semestriel ou annuel. Les versements sont automatiquement prélevés par l’assureur sur votre compte. Vous pouvez transformer la fréquence ou le montant à tout moment, mais également arrêter les versements. Cela n’aura aucune incidence fiscale pour le contrat.

 

Il n’y a pas, cependant, aucune obligation dans les versements complémentaires. Vous pouvez, si vous le voulez, verser qu’une seule prime unique, appelé versement initial.

Pourquoi placer son argent dans une assurance vie ? Avantages et risques

Les 4 risques de l'assurance vie

  1. La perte en capital sur mon contrat

C’est un des premiers risques lorsque vous décidez de placer votre argent dans un produit d’épargne. Pourtant, lorsque vous investissez dans des unités de compte, c’est plus intéressant. Mais à ce moment-là, votre capital n’est pas protégé. Vous pouvez tout perdre ou tout accroître. Pour préserver vos gains, vous avez la possibilité de souscrire à un contrat multisupport : fonds euro et unités de compte ensemble.

 

  1. Le risque avec votre assureur

On n’y pense moins, mais le second risque est la faillite de votre propre assureur. Renseignez-vous alors sur l’expérience de l’organisme. Rassurez-vous, l’état protège, cependant ce risque-là. Votre capital est garanti jusqu’à 70 000 € en cas de faillite.

 

  1. Le risque en lien avec la clause bénéficiaire

La plupart du temps, la rédaction de la clause bénéficiaire n’est pas bien faite. Si vous désignez votre conjoint(e), vous ne devez pas omettre de préciser le transfert « à tous vos héritiers ». Cela est souvent oublié, et si vous et votre époux(se) décédés sans cette précision, le contrat devient nul et ne peut pas être inclus dans l’actif successoral.

 

  1. Le risque de la baisse des rendements des fonds Euro

Investir dans des fonds euro est sécuritaire pour la garantie de votre capital. Cependant, son rendement est assez faible. C’est ainsi que depuis quelques années, sa rentabilité n’est plus intéressante. Il vous suffit tout de même d’investir dans des fonds euro dit de nouvelle génération. Vérifiez toujours ce que cela vous rapporte.

Les 8 avantages

  1. L’accessibilité des fonds

L’un des premiers avantages du placement dans l’assurance vie, c’est la disponibilité des fonds. Vous pouvez à tout moment faire des retraits et réaliser vos projets.

 

  1. Varier ses placements

La création de contrat multisupport permet d’investir dans plusieurs supports en illimité. Vous pouvez alors garantir votre capital, grâce aux fonds euro, et développer considérablement vos gains avec les unités de compte : les fonds communs de Placement (FDP), les SCPI, Sicav, actions, etc.).

  1. La constitution d’une épargne

C’est bien sûr un des avantages principaux. Le placement dans l’assurance vie ne sert pas uniquement à transmettre un patrimoine, mais peut également vous apporter de l’épargne. Cela est très intéressant selon vos projets.

  1. Les différentes gestions

Dans un contrat d’assurance vie, vous avez plusieurs modes de gestion. Vous pouvez gérer seul votre investissement, mais vous pouvez également être aidé. C’est le cas de la gestion pilotée, qui permet de laisser un professionnel s’occuper de vos gains. Cela est pratique pour les UC (Unités de compte).

  1. Pour tous les profils d’épargnants

Que vous soyez un investisseur prudent ou dynamique, vous pourrez vous retrouver dans les différents supports de placement de l’assurance vie.

  1. Une fiscalité avantageuse

Malgré un taux de rendement en baisse, l’assurance vie permet toujours une fiscalité attrayante. De plus, si votre contrat a plus de 8 ans, vous profitez d’une très belle enveloppe.

  1. Le plafond de ce type de contrat vie

Contrairement à d’autres produits financiers, il n’y a pas de plafond minimum sur votre contrat. Vous placez la somme que vous voulez. En revanche, vous aurez un minimum à donner en versement initial.

  1. La succession et les bénéficiaires

L’assurance vie est populaire pour cela : la transmission de son patrimoine. Un bel avantage donc, qui permet de donner aux personnes de votre choix, sans contraintes.

Quels sont les droits et les devoirs de l’investisseur ?

Les droits de l’investisseur

En tant qu’investisseur, vous avez plusieurs droits :

  • Des versements libres ;
  • Bénéficier de son capital à tout moment ;
  • Profiter du mode de gestion que vous souhaitez ;
  • Modifier la clause des bénéficiaires en cours de contrat ;
  • Clôturer son contrat quand vous le souhaitez.

Les devoirs de l’investisseur

Toutefois, l’investisseur a également des devoirs auprès de son assureur, notamment payer des frais. Il y a 3 types de frais de contrat d’assurance vie à distinguer :

  • Les frais d’entrée ou de versements : ces frais peuvent varier de 0 % à 5 % selon les contrats.
  • Les frais de gestion : cela varie en moyenne entre 0,5 % et 1,5 % pour les contrats. Ce sont des frais annuels.
  • Les frais d’arbitrage : les frais sont prélevés lorsque vous transférez des fonds. Dans certains contrats, ils peuvent atteindre 1 % des montants arbitrées.

Comment récupérer son argent ?

Vous pouvez retirer votre capital à tout moment et la somme que vous souhaitez. Cela s’appelle le rachat d’assurance vie. Vous serez toutefois imposés dès lors que vous récupérez partiellement ou totalement votre argent (le rachat total met fin à votre contrat).

Le rachat partiel libre

Lors de rachat partiel, vous devez demander aux bénéficiaires de votre contrat (si l’acceptation a été faite depuis le 18 décembre 2007) son accord. Dès que le rachat est accepté, l’assureur a deux mois pour verser les fonds. Si ce délai est dépassé, les montants sont productifs d’intérêts. Vous devez ensuite déclarer fiscalement les intérêts soit sur l’impôt sur le revenu soit avec le prélèvement forfaitaire libératoire (pour des versements réalisés avant le 27 septembre 2017) ou unique (après le 27 septembre 2017).

Le rachat partiel programmé

Le placement dans une assurance vie vous offre la possibilité de programmer des rachats partiels pour, par exemple, vous constituez des revenus réguliers pour votre retraite. En général, vous devez avoir un montant minimum sur le contrat. Puis, la fréquence et le montant suivent les mêmes règles que pour le rachat partiel libre.

Vous pouvez également demander une avance. Si vous avez besoin urgemment d’argent, préférez une demande d’avance à votre assureur, par rapport au rachat partiel. En effet, cette avance ne vous sera pas taxée. Vous devez comme son nom l’indique remettre la somme plus tard, cela permet donc de continuer à développer votre capital.

Dernières nouvelles sur les banques
Infos, rumeurs, nouvelles et comparatifs
Kiwi Finance
Enable registration in settings - general